Niwa est disponible depuis quelques jours, l’occasion pour nous de vous expliquer sa loooongue histoire :

Un bout de papier, un quadrillage hexagonal, des lignes de couleurs, des pions et une mécanique toute trouvée ! Un truc jouable, agréable mais disons-le pas très présentable… Février 2012, « Cami », l’un de nos prototypes voit le jour.

Exit la feuille de papier, place à un chouette plateau en bois ! Des bâtons de couleurs viendront s’insérer dans les rainures pour matérialiser les cases et générer par la même occasion un plateau modulable (surement trop d’ailleurs…). Chaque joueur disposera de 3 pions bouliers sur lesquels viendront s’enficher des perles de couleur.

Les séries de tests étant très positives, nous avons tenté le concours du Flip Parthenay cette même année… Belle surprise, nous avons été retenus dans la catégorie divertissement. Malgré son profil jeu abstrait et 2 joueurs, le jeu a remporté un prix spécial du jury ! (Très chouette et drôle moment d’ailleurs que cette remise des prix… cette année là).

Le jeu plait énormément, tourne chez certains éditeurs, malheureusement pour nous sans voir le jour…période difficile pour le jeu abstrait, c’est le discours récurrent qui nous est fait. Il nous faut donc encore le travailler, le réinventer, travailler sur autre chose qu’un plateau en bois, rester sur du modulable… Le jeu a traversé plusieurs évolutions, on a tenté énormément de choses, essayé d’ en enlever, puis laissé au placard…ressorti…

 

 

 

 

 

Le jeu aura mis 5 ans à se peaufiner, se réinventer, à évoluer dans sa mécanique…. on aura essayé des versions avec des formes au lieu des perles, des plateaux recto-verso…. au final, beaucoup de déchets mais on aura par ce biais « découvert » des évidences : décaler le tracé des cases par rapport à la découpe des tuiles aura notamment été un pas de géant !

 

 

 

 

 

 

On s’approche donc d’un équilibre sympathique. On a enfin notre plateau modulable, la mécanique marche toujours aussi bien. Manque plus qu’un  univers cohérent pour rendre l’apparence du jeu moins abstraite, moins « froide » donc plus attirante… on réfléchi à pas mal de thème, sans succès… puis on décide de prendre la chose sous un angle différent : et si on utilisait un matériel particulier et différent pour « humaniser » nos pions bouliers ?

Quelques jours de recherche et on découvre les fameuses Kokeshis, poupées traditionnelles japonaises en bois, et par la même occasion on tombe réellement sous le charme de ces objets vraiment magnifiques et chargés d’histoires depuis 150 ans…

 

 

 

 

 

 

 

Mettre en scène des kokeshis sur notre jeu : voilà la bonne idée !

Va falloir mettre la main à la patte …et ça se passe plutôt bien ! Nous coiffons nos kokeshis de jolies perles, nous habillons notre plateau en un jardin japonais délimité par des galets de couleurs…un esprit en adéquation avec le jeu, zen et réfléchi, nous sommes déjà fiers du résultat ! Et on le nomme « Kokeshi ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous montrons notre proto à Lia-Sabine pour Djeco lors du Festival International des Jeux de Cannes 2016 sans trop y croire (ce n’est pas le genre de jeu que l’on est habitué à voir chez Djeco).

Puis quelques semaines plus tard au festival Ludinord à Mons en Baroeul  Lia-Sabine nous annonce la grande nouvelle : Le jeu sera un jeu Djeco !!!

Wow ! voilà le mot 🙂 pour le coup ça aura été super rapide !

Puis s’enchaîne le travail éditorial, le thème est retenu, seul le nom va changer. Vient ensuite le fantastique travail de Régis LEJONC, illustrateur, choisi pour le jeu. Dès réception des premiers visuels, nous sommes conquis ! Le matériel est aussi à la hauteur de nos espérances !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jeu s’appelle Niwa. Après quelques mois d’attente, il vient de pointer le bout de son nez en boutique ces jours-ci, il est beau et on espère qu’il vous plaira tout autant !!